mercredi 7 août 2013

Mennakh, Lattaquié


Les conséquences de la chute de la base aérienne de Mennakh
Toute la blogosphère djihadiste et atlantiste http://www.joshualandis.com/blog/syria-consolidates-into-three-cantons-as-the-opposition-pushes-back-taking-mengh-airbase-and-other-strategic-points/crie à la victoire stratégique après la chute de Mennakh.
Relativisons les faits, cette base désaffectée depuis la fin des années 1960, remise en service à des fins d'entraînement et défendue par environ 400 hommes, dont une bonne partie a réussi à percer et s'échapper vers Afrin, n'a aucun intérêt stratégique et surtout les hélicoptères saisis sont presque tous hors service. Elle a essentiellement servi de point de fixation de nombreux groupes terroristes qui se sont usés à essayer de la prendre. La seule conséquence a-priori nocive est que ces groupes peuvent désormais participer au siège de Nubl et Zaraah deux villages tenus par les forces d'autodéfense et l'AAS au nord d'Alep. Voilà où nous en sommes.
Des mercenaires d'Al-Muhajireen se faisant photographier...
Deux des défenseurs( tués) qui ont couvert le retrait de leurs camarades.


Les raids sur Lattaquié et ses environs
Là encore les média induisent en erreur, il vaut mieux parler de raids qui ont donné lieu à des enlèvements et des meurtres bien plus que d'une réelle offensive. Quatre villages (Aramo, Sterba, Tella, Kifriyeh) ont été brièvement occupés avant d'être reconquis par l'armée.
Bandar Bin Sultan djihadiste en chef:
"Bandar recently visited Moscow to negotiate in his capacity as the “Prince of the Mujahideen” in Syria, including those who hail from Chechnya, Dagestan, and the Caucasus in Russia’s backyard. From Dagestan alone, more than a hundred fighters are enlisted in the al-Qaeda-affiliated Jaish al-Muhajireen wal-Ansar, which is active in northern Syria.
Many of these Russian fighters and their Syrian comrades are (theoretically) under the command of a single man: Bandar bin Sultan. For one thing, the top Saudi security man is their main financier, arms source, and their virtual political spokesperson, whether directly or through his deputy, the head of the Syrian National Coalition Ahmad al-Jarba."http://english.al-akhbar.com/content/bandar-prince-jihad-expect-syrian-shift-power
Sur une vidéo de 2004 
http://www.presstv.ir/detail/2013/08/05/317373/militants-set-syrian-kurds-on-fire-video/
Cette vidéo a fait le tour du net. Il est absurde de mettre en ligne ce type de documents et répandre de fausses nouvelles. On doit au contraire faire l'inverse des média antisyriens. De même, la fatwa des croissants semble douteuse:http://www.syrianfoodie.blogspot.co.uk/2013/08/viva-la-zaatar-croissant.html

Misère d'Apamée :
Etat des lieux de ce site admirable pillé systématiquement!
http://traffickingculture.org/data/looting-at-apamea-recorded-via-google-earth/

Nouvel attentat à Damas:18 morts et 56 blessés http://breakingnews.sy/article_en.php?id



6 commentaires:

  1. D après Middle East Strategic Perspectives du 11/06/13, la Complicité est certaine de la part de la France avec le plan Saoudien contre la Syrie.
    ------------------------
    Le tandem, le Prince Bandar Bin Sultan( chef des RG saoudiens et aussi du Conseil Saoudien de la Sécurité Nationale Saoudienne) et le Prince Saoud Al Faysal (ministre des AE), ce tandem a rencontré le Ministre français des Affaires étrangères Mr Laurent Fabius à Paris le 10/06/2013.

    Les sujet principal de la Syrie est certes à l ordre principal. Le prince Saoud a surtout abordé avec Mr Fabius la conférence de Genève 2, pour réaffirmer la convergence de vues entre Paris et Riyad sur l’issue possible à la crise syrienne “sans Bachar Al-Assad”. La présence aux côtés du prince Saoud du prince Bandar Ben Sultan Ben Abdulaziz faisait l’évènement, bien plus que les simples concertations diplomatiques entre Ministres des Affaires étrangères.

    De ce fait, Bandar Bin Sultan est revenu en force aux affaires à Riyad après une parenthèse d’incertitudes, conforte aujourd’hui sa place dans le système (contrairement à son propre frère le prince Khaled Ben Sultan Ben Abdulaziz, limogé du Ministère de la Défense sans ménagement), et gère directement le volet militaire et sécuritaire de la crise syrienne. Il le fait quasi exclusivement, depuis le repli du vice-Ministre des Affaires étrangères et fils du Roi Abdullah, le prince Abdulaziz Ben Abdullah Ben Abdulaziz qui avait eu la charge du dossier syrien lorsque la diplomatie prenait encore le dessus sur le tout-sécuritaire prôné par Bandar.

    Tenant lui aussi d’une ligne dure en Syrie, Saoud el-Fayçal, qui a pu reprendre ses fonctions après son hospitalisation, peut être content de retrouver à ses côtés cet autre faucon du système saoudien lorsqu’il s’agit de défendre ses options syriennes. Bandar Ben Sultan, qui a certainement profité de son déplacement à Paris et en Europe pour tenir des réunions bien plus discrètes sur la Syrie, le Liban, l’Irak, l’Iran, le Hezbollah et Jabhat al-Nusra…, bénéficie aussi aujourd’hui du soutien de son cousin le prince Mohammad Ben Salman Ben Abdulaziz, fils du Prince héritier Salman et son chef de diwan et conseiller spécial. Bandar bénéficie également de l’inestimable soutien, au palais et au gouvernement, de l’incontournable Khaled al-Tueïjri qui fait la pluie et le beau temps encore aujourd’hui dans le petit cercle restreint autour du Roi Abdullah. Le tandem Saoud el-Fayçal et Bandar Ben Sultan se retrouve ainsi au coeur du mécanisme décisionnaire saoudien.

    Avec Saoud el-Fayçal, Bandar pense le moment opportun, alors que le Premier ministre turc Recep Tayyib Erdogan et l’Emir du Qatar cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani sont tous deux rattrapés par des impératifs internes, de récupérer le dossier syrien, ou libano-syrien, avec le soutien de Paris et de Londres éventuellement.

    Les Saoudiens s’activent aussi pour accentuer la pression sur le Hezbollah et ses réseaux dans les pays du Conseil de Coopération Arabe du Golfe. Ils ont pu aussi arracher au Grand Mufti d’Arabie saoudite cheikh Al Cheikh d’appuyer les appels au djihad contre le Hezbollah du prédicateur des Frères Musulmans cheikh Youssef al-Qardaoui.

    Avec la décision attendue de l’administration de Barack Obama d’autoriser les livraisons d’armes aux rebelles syriens, avant Genève 2 et dans l’espoir de contenir l’avancée de l’axe syro-iranien en Syrie, Bandar Ben Sultan se voit repousser des ailes après une longue période de doutes… Saoud el-Fayçal et Bandar Ben Sultan ont besoin du soutien de Paris dans leur contre-offensive actuelle, d’autant qu’ils perçoivent des signes encourageants de Washington…

    http://www.mestrategicperspectives.com/2013/06/11/arabie-saoudite-france-bandar-ben-sultan-sollicite-paris-sur-la-syrie/
    ---------------------------------------

    RépondreSupprimer
  2. Bsr Charles,
    Je me demande aussi ce que Ben Sultan a raconté à Moscou?
    une promesse amusante:programme d'Obama!
    Protect Whistleblowers: Often the best source of information about waste, fraud, and abuse in government is an existing government employee committed to public integrity and willing to speak out. Such acts of courage and patriotism, which can sometimes save lives and often save taxpayer dollars, should be encouraged rather than stifled. We need to empower federal employees as watchdogs of wrongdoing and partners in performance. Barack Obama will strengthen whistleblower laws to protect federal workers who expose waste, fraud, and abuse of authority in government. Obama will ensure that federal agencies expedite the process for reviewing whistleblower claims and whistleblowers have full access to courts and due process.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour André
      Merci pour votre texto ci dessus.

      Le lanceur d alerte ( mauvaise? traduction du whistleblower, le coup de sifflet du gendarme) qui est d actualité est Snowden! Puisqu il avait, au risque réel de laisser sa peau, averti sur le Prisma comme une action gouvernementale illégale et il avait signalé son danger ou un risque, mais il n avait pas réussi à "susciter" la prise de conscience de ses concitoyens.""

      Au 2ème degré donc: Obama veut les protéger ces whistleblowers mais il veut la tête de Snowden et heureusement ( à mon humble avis et àmon grand plaisir... ) qu il boude et provoque Poutine ..Etant dit que depuis 2 ans et demi, le monde a recommencé à re-devenir bipolaire ( j espère pour nos enfants multi-polaire...)

      C est André, qui dit: L empire (cad USA) exploserait depuis l intériur...

      Supprimer
  3. Source la Voix de la Russie
    7 août 2013

    L’Arabie Saoudite a proposé à la Russie une suprématie gazière contre des concessions en ce qui concerne son soutien à la Syrie.

    Les diplomates européens ont appris que la semaine passée, le prince Bandar Bin Sultan а rencontré à Moscou Vladimir Poutine à qui il a promis d’acquérir des armes russes pour une somme de 15 milliards de dollars (ndr: c est mieux que la devise Qatari mais en finalité c est le même principe. La devise Qatari est: L achat de l Homme est acquis, il faut juste fixer le prix sinon un chèque dont la somme est laissée libre, au destinataire de fixer son prix à gogo....). Le représentant de l A. Saoudie a également proposé au président russe d’abandonner toute prétention russe en ce qui concerne les livraisons du gaz naturel russe en Europe(ndr: Les USA craignent à mort "la" dépendance de l Europe au gaz russe qui serait, de surcroît, vendu en Euro et non pas en dollars, une des raisons de la guerre en Syrie).

    Ces avantages économiques seront conférés à Moscou s’il adopterait une position plus souple dans le soutien au régime gouvernemental syrien et s’il cesserait de bloquer les résolutions de l’ONU sur la Syrie.( ndr: s il cesserait de bloquer l ONU, la Syrie serait rasée....)

    Ni l’attaché de presse russe ni le ministère des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite n’ont donné de commentaires officiels.

    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2013_08_07/L-Arabie-Saoudite-propose-a-la-Russie-une-suprematie-gaziere-contre-des-concessions-en-ce-qui-concerne-la-Syrie-0828/
    Source : La Voix de la Russie
    -------
    La balle est elle dans le camp de Poutine? surtout qu Obama a annulé sa rencontre bi-partite avec Poutine tout fraîchement. A mon humble avis, c est un "bon signe pour la Syrie". Si Lavrov avait rigolé quand le Malabar du Qatar a proposé de l acheter ( sic), j aurai de la peine que Poutine se fait traiter comme une marchandise, un ancien cadre des KGB....et comment expliquerait-il ce qu il fait depuis bientôt 2 ans et demi...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espere que poutine l'a envoyé ballader

      Supprimer
  4. Fairuz et Jobran Khalil Jobran et La Famille Rahbani, une rencontre entre trois géants...


    http://www.youtube.com/watch?v=w6Lp_A4Bmww

    RépondreSupprimer